Les Phares de Baudelaire

Trois strophes de Baudelaire, un essentiel.

Rubens, Léonard de Vinci, Rembrant, Michel-Ange, Watteau, Goya, Delacroix…

Gudéa au Louvre-LensCes malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes,
Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum,
Sont un écho redit par mille labyrinthes;
C’est pour les coeurs mortels, un divin opium !

C’est un cri répété par mille sentinelles,
Un ordre renvoyé par mille porte-voix;
C’est un phare allumé sur mille citadelles,
Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois !

Car c’est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage,
Que nous puissions donner de notre dignité
Que cet ardent sanglot qui roule d’âge en âge
Et vient mourir au bord de votre éternité !

Ce contenu a été publié dans Art et création. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.