Hiroshige-Van Gogh à la Pinacothèque : Le calme dans la tempête…

Deux lieux, l’un dédié à Hutagawa Hiroshige, maître japonais de l’estampe, l’autre à la peinture de Vincent Van Gogh.

Série des cinquante trois étapes de Tokaido, 1833-1834, Musée national d'ethnologie, Leyde

Série des cinquante trois étapes de Tokaido, 1833-1834, Musée national d’ethnologie, Leyde

Plongés dans l’obscurité pour découvrir une large série d’oeuvres d’Hiroshige, nous sommes conduits à éprouver cet appel à la méditation que sont les estampes japonaises. Sans doute, Van Gogh a-t-il trouvé dans les estampes, un écho de cet amour qu’il porte pour les éléments de la nature : les arbres, la montagne, la lumière du printemps, celle du soleil couchant, jusqu’au brin d’herbe… cet amour que lui-même vit à travers sa peinture, et qui le brûle, comme un feu sacré.

Utagawa Horishige, Procession de daimyo, Série des cinquante trois étapes de Tokaido, 1833-1834, Musée national d'ethnologie, Leyde

Utagawa Horishige, Procession de daimyo, Série des cinquante trois étapes de Tokaido, 1833-1834, Musée national d’ethnologie, Leyde

Au-delà des sujets et des perspectives, l’influence d’Hiroshige, nette à partir de 1888, se manifeste dans l’ordonnance de ces éléments : la terre, les arbres, le soleil veulent se rejoindre et vibrent dans une tension qui semble les tirer vers l’infini.

Vincent Van Gogh, Oliviers, Montmajour, juillet 1888, Musée des Beaux-arts de Tournai

Vincent Van Gogh, Oliviers, Montmajour, juillet 1888, Musée des Beaux-arts de Tournai

IMG_5900

Utagawa Hiroshige, Série des cinquante trois étapes de Tokaido, 1833-1834, Musée national d’ethnologie, Leyde

Les compositions parfaitement équilibrées d’Hiroshige, cet art ordonné par des lois strictes a certainement apporté à Van Gogh la structure nécessaire au déchainement de cette tempête expressive qui lui est si particulière. Pour moi, l’influence est plus intéressante du point de vue structurel que du point de vue thématique.

« Le Japonais dessine vite, très vite, comme un éclair, c’est que ses nerfs sont plus fins, son sentiment plus simple », écrit-il à Théo (Arles, mardi 5 juin 1888, lettre n°620). Bien loin de l’académisme étudié aux Pays-Bas, cet éclair, chez Van Gogh, traverse les apparences pour aller au coeur palpitant du sujet. L’étude des estampes japonaises a sans doute nourri ses recherches vers des qualités que tout artiste peut, encore aujourd’hui, désirer développer dans son travail d’expression : vibration, simplification et stylisation.

Vincent Van Gogh, Champ de blé clôturé sous le soleil et les nuages, 1889, collection Kröller-Müller Museum, Otterlo, The Netherlands

Vincent Van Gogh, Champ de blé clôturé sous le soleil et les nuages, 1889, collection Kröller-Müller Museum, Otterlo, The Netherlands

Ce contenu a été publié dans Expos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.